HYÈNES EN JUPONS

Collectif féministe qui dérange pour transformer

Qui sont les hyènes

hienne

 

« Hyène en jupons » a d’abord été une insulte lancée contre la féministe anglaise Mary Wollstonecraft, probablement en raison de l’organisation matriarcale de cette espèce et de leur clitoris très allongé, un sexe qui n’est pas à la disposition des mâles. De tout temps, la hyène a été l’animal mal-aimé des hommes, membre d’une meute au ricanement inquiétant.

Tout comme avec les mots féministe, queer, butch ou dyke, nous dérobons désormais à nos adversaires ce qui a jadis servi à nous rabaisser. Aujourd’hui, les hyènes ont déchiré leurs jupons et chassent en groupe. Elles se moquent des prédateurs et refusent la domination masculine.

Nous sommes des féministes de différents milieux qui se sont rencontrées autour de l’écriture d’une lettre. Nous avions en commun cet agacement de voir toujours un même féminisme domestiqué être mis de l’avant dans les médias. N’ayant aucune tribune et ne disposant d’aucune renommée, c’est par notre nombre et la virulence de notre critique que nous nous sommes faites entendre.

Après cette expérience collective et ses suites, nous avons pris goût à la meute. Et surtout, nous avons senti la nécessité d’un espace qui nous soit propre en tant que féministes radicales et anarcha-féministes. Notre identité de femme ne devrait pas permettre à nos détracteurs de réduire nos débats à des « chicanes de sacoches » ou à des crises de jalousie.

Nous souhaitons, par notre démarche, encourager les débats dans le féminisme et introduire une critique radicale et intersectionnelle dans l’espace public. Nos noms importent moins que la nécessité de donner voix aux femmes qui ne disposent d’aucune tribune pour s’exprimer. Nous revendiquons le droit au dissensus ; en ce sens, les textes et créations que nous publions ne font pas nécessairement l’unanimité, mais visent à créer des discussions.

Parce qu’il faut, féministes, continuer à mordre, crier et rire.

 

6 commentaires sur “Qui sont les hyènes

  1. Chloé
    17 août 2014

    Bonjour,
    J’ai lu tous vos articles et ils sont tous très intéressants et pertinents. J’apprécie grandement votre travail et espère vous lire régulièrement.
    Merci!

  2. Matante Aldéhyde-Cétone
    31 octobre 2014

    «Parce qu’il faut, féministes, continuer à mordre, crier et rire.»
    J’adore.

    Je viens de lire «La double face du féminisme dans les milieux militants» et ça me fait du bien de constater que certains phénomènes vous chicotent autant que moi. Notamment, à propos de la «domestication du féminisme», de l’«inconséquence» du milieu et du «contrôle» quant à l’apparence corporelle et au poil.

    Aussi, je tiens à vous remercier, en tant qu’homme (malgré mon nom d’utilisateur) du même milieu, de m’avoir fait constater certains privilèges d’homme que je n’avais pas remarqué auparavant à travers ce même texte.

    Je crois que d’aborder le féminisme avec autant d’authenticité, en n’ayant pas la langue dans sa poche, c’est justement ce dont a besoin les milieux militants.

    Bonne continuité! Je m’en vais lire votre autres articles!

  3. Carlos
    9 novembre 2014

    Qu’a fait ce Ethan Cox, administrateur de Ricochet Media?

  4. Sybilla
    7 avril 2015

    y a-t-il un lien avec les Femen ?

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s